Accueil du site > Actualités > Revue de presse > Prière pour la France

Imprimer cette page

Assomption

Prière pour la France

mercredi 15 août 2012


Prière pour l’Assomption 2012

http://www.eglise.catholique.fr/foi...

MARIE RECUEILLAIT CES ÉVÉNEMENTS

L’Assomption est une grande date mariale. Une fête encore très populaire. Elle est aussi le dernier moment estival de prise de recul spirituel avant la rentrée. Pour ces raisons, les Évêques de France proposent aux catholiques de l’ensemble des diocèses de s’unir dans une même Prière universelle. Dans l’inquiétude de la crise économique sociale et internationale, devant la gravité de choix sociétaux de portée considérable, il est essentiel de conscientiser l’opinion au-delà de la sphère pratiquante habituelle. Non seulement la Mère du Christ recueillait les événements en son Cœur, mais aussi elle les méditait et concrétisait sa réponse envers eux. Puisse Notre-Dame de l’Assomption éclairer nos décisions personnelles et collectives.

Mgr Bernard Podvin

Porte-parole des évêques de France

PROPOSITION NATIONALE POUR UNE PRIERE DES FIDELES EN LA FETE DE L’ASSOMPTION 2012

Frères et Sœurs,

En ce jour où nous célébrons l’Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays :

1. En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

2. Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.

3. Pour les familles ; que leur attente légitime d’un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l’engagement des époux l’un envers l’autre et envers leurs enfants soient un signe de la fidélité de l’amour.

4. Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère.

Seigneur notre Dieu, nous te confions l’avenir de notre pays. Par l’intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l’épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur.

58, avenue de Breteuil 75007 PARIS – Tél. 01 72 36 68 41 – Fax 01 73 72 97 22 – Email :information.communication@cef.fr


Assomption : la prière universelle fâche les associations gays et lesbiennes

http://www.lexpress.fr/actualite/so...


Assomption : opposée au mariage homosexuel, la prière universelle des catholiques fait polémique

http://www.atlantico.fr/pepites/ass...

— -

Assomption : L’appel de l’Eglise à prier contre le mariage gay fait débat

http://www.20minutes.fr/societe/985...

— -

Les catholiques français prient pour la famille lors de la fête de l’Assomption

http://tempsreel.nouvelobs.com/topn...

— -

Le cardinal Barbarin rejette l’homophobie

http://www.ndf.fr/poing-de-vue/15-0...

— -

Mariage homosexuel : le cardinal Barbarin récidive

http://www.lyoncapitale.fr/Journal/...

— -

Le cardinal Barbarin : Le mariage gay, "une rupture de civilisation"

http://www.lepoint.fr/societe/le-ca...

— -

Mgr Barbarin : « Il ne faut pas dénaturer le mariage »

http://www.lefigaro.fr/actualite-fr...

http://plus.lefigaro.fr/articlesdv/...

http://www.egliserusse.eu/blogdiscu...

http://fautpaspousser-malo17.blogsp...

http://www.loractu.fr/france/1951-m...

4 Messages de forum

  • 16 août 2012 18:29, par Bernard Richard

    Il est certes aussi délicat, voire dangereux, de définir tant la "civilisation" (Cal Barbarin) que l’identité nationale et ceux qui brandissent l’un ou l’autre concept se retrouvent souvent mis en sérieuses difficultés, ayant ouvert de redoutables boîtes de Pandore (c’est Mgr Lustiger qui qualifiait la loi de Séparation de 1905 et ses amendements de boîte de Pandore qu’il fallait se garder d’ouvrir, et le président Chirac avait usé peu après des mêmes termes).

    Le rôle du Parlement et de l’Etat français fut-il de créer ou autoriser le mariage civil, le divorce, l’usage de la contraception, l’avortement par la loi sur l’IVG ou ces institutionssont-elles illégitimes en l’occurrence ? On croit rêver.

    L’avantage de notre législation française, c’est qu’elle n’impose bien évidemment aux catholiques pratiquants aucune de ces pratiques, que ceux-ci par exemple peuvent continuer à concevoir autant d’enfants que leur permet le refus des contraceptifs, à refuser l’IVG, à faire suivre leur mariage civil d’un mariage religieux, etc. A quand des prières solennelles contre l’autorisation du divorce -civil, contre la loi -civile- sur l’IVG ? llons ! les catholiques, pratiquants ou non, gardent toute leur place dans notre régime démocratique et libéral et ne subissent pas de contraintes "sociétales", reconnaissons-le honnêtement.

    Donc ne pas confondre les prières adressées à Dieu ou à la Vierge Marie (à laquelle Louis XIII consacra non pas la France mais une monarchie française abolie depuis, il y a des siècles ou des décennies, 1792 ou 1830, voire 1870 au choix, de même qu’on a aboli depuis longtemps le "Domine, salvum fac Republicam") avec les demandes à adresser à la République et à ses canaux réguliers, Chambres, Gouvernement, Présidence et autres institutions publiques telles que le Conseil d’Etat, le Conseil constitutionnel ou la Justice. Séparation des Eglises et de l’Etat oblige, sauf à rouvrir des querelles qui n’ont pas laissé d’excellents souvenirs, d’un côté comme de l’autre.

    Répondre à ce message

  • 18 août 2012 19:46, par Melmiesse

    Il semble qu’en France on ait du mal a accepter une opinion différente de celle qui est diffusée au public ; avant 1905 les évêques étaient nommés par les gouvernements successifs suivant leur conformisme la soumission au gouvernement leur adhésion aux idées du jour. depuis la séparation de 1905 l’Eglise et les chrétiens sont libres ; à entendre les critiques de la prière du 15 aout il semble que des athées regrettent le 19e siècle il faudrait approuver la bien-pensance du politiquement correct, de toutes les lubies qui nous viennent d’Amérique : le gender, le mariage homosexuel bientôt le syndicat des mères porteuses ou le meilleur des mondes prévu par Huxley. Ne pas exprimer une opinion différente de la pensée dominante cela porte en germe la dictature de la pensée

    Répondre à ce message

    • Prière pour la France 26 août 2012 22:13, par Bernard Richard

      A vous entendre, l’Eglise et les chrétiens étaient serfs depuis Charlemagne, voire depuis Clovis, avec le "baptême de la France", et n’ont été libérés, par le parlement français, qu’en 1905, à leur corps défendant - se souvenir des clameurs ecclésiales contre la Séparation autour de 1905 et encore pendant des années, des décennies. Donc vive la république et sa laïcité libératrice ?
      A vous entendre encore, "il semble qu’en France on ait du mal à accepter une opinion différente de celle qui est diffusée au public", diffusée en l’occurrence au public des fidèles, aux journaux, aux médias en général, par les cardinaux André Vingt-trois et Barbarin.
      Comme d’habitude, difficile de vous suivre dans vos paradoxes.

      Répondre à ce message

      • Prière pour la France 27 août 2012 18:02, par Melmiesse

        Au temps de Charlemagne,l’Eglise et l’Etat français étaient indépendants _au 16eme siècle François 1er roi de France a obtenu du pape Paul III un concordat selon lequel le roi nommait les évêques et veillait à leur revenu matériel _la révolution de 1789 a aboli le concordat remplacé par la constitution civile du clergé qui prète serment à la république _les armées du Directoire envahissent les Etats pontificaux et font prisonnier le pape Pie VI _Napoléon I empereur en 1801veut dominer les Français restés catholiques et signe avec le pape Pie VII rétabli dans ses états un concordat aboli en 1905 qui dit entre autre"le culte sera conforme aux réglements de police que le gouvernement jugera necessaires"
        en 1802,il ajoute sans discussion préalable des articles organiques qui deviennent lois d’état ex :"le pouvoir ecclesiastique ne doit pas s’exercer sans l’autorisation de l’état" "Il n’est pas permis aux évêques de publier des lettres apostoliques sans permission du gouvernement" les homélies sont supervisées par le préfet, les encycliques du pape aussi avant d’être remises ou non aux êvèques _tous les gouvernements successifs garderont ces lois :en 1846, l’archevêque de Paris intervient auprès de Louis Philippe contre une censure, sans succès ; même refus en 1868 de Napoléon III au cardinal Pie_en 1901,Combes président du conseil expulse les congrégations religieuses : j’ai connu plusieurs familles dont les membres religieux se sont réfugiés aux Pays-Bas. Puis il y eut les inventaires des églises ou les catholiques s’opposent à la troupe lors de l’ouverture des tabernacles, un mort en Flandres ; l’Etat s’approprie les biens y compris ceux qui avaient été légués à l’Eglise par testament
        on comprend qu’il y eut des clameurs Combes voulait détruire la religion et le concordat a voulu asservir l’Eglise : apparemment les catholiques sont toujours là mais libres

        Répondre à ce message

Répondre à cet article