Accueil du site > Actualités > Billets pour un avenir incertain (Denis Lensel) > « Mariage Gay » : le ministre Valls menace les maires

Imprimer cette page

Billet pour un avenir incertain – mardi 18 juin 2013

« Mariage Gay » : le ministre Valls menace les maires

par Denis Lensel

mardi 18 juin 2013


Le ministre de l’Intérieur vient d’envoyer une circulaire très dure aux Préfets qui fait voler en éclats la liberté de conscience et la liberté d’action des maires réticents à l’idée de célébrer des « mariages homosexuels ».

Ce ministre de la République socialiste, Manuel Valls, déjà expert dans l’arrestation des citoyens innocents, a écrit dans ce texte officiel signé de sa main le 13 juin que « le juge des référés peut donner injonction au maire de procéder à la célébration sans délai éventuellement sous astreinte ». Il va jusqu’à considérer que le refus de célébrer un « mariage » entre personnes de même sexe « peut constituer une voie de fait (sic), c’est-à-dire une atteinte grave portée à une liberté fondamentale (sic) ». Dans cette logique, l’implacable M. Valls poursuit par cette menace directe : « La conséquence de cette qualification de voie de fait est de rendre compétent le président du tribunal de grande instance statuant en référé ». Ceci sur l’article 809 du Code de procédure civile, qui parle… soit de « prévenir un dommage imminent », soit de « faire cesser un trouble manifestement illicite »… Désormais, le régime semble considérer que c’est causer dommages et troubles que de s’opposer à la dénaturation de l’humanité à travers la contrefaçon du mariage.

Et, gardien du désordre, M. Valls précise, comme si c’était un cas d’urgence vitale, que le juge des référés « peut donner injonction au maire de procéder à la célébration sans délai, éventuellement sous astreinte », et que « le maire est également exposé au risque d’une demande de dommages et intérêts ». On rappelle à ce propos que les maires résistants s’exposent à des poursuites pénales fixées au tarif exorbitant de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende. L’Etat-PS utilise des marteaux-pilons quand il part à la chasse aux mouches.

Le président normalisé François Hollande avait naguère promis le respect de la liberté de conscience à l’Association des maires de France, mais… dès le lendemain, il était revenu sur sa parole, sous la pression de deux commissaires politiques du lobby Gay-LGBT.

Désormais, les élus locaux vont devoir appliquer sous la menace la morale d’Etat du lobby Gay, l’oligarchie LGBT étant devenue le noyau dur de l’Etat-PS pour ces questions de société, avec la complicité de nombreux médias à la botte de cet Etat, dans un pays qui ressemble de plus en plus à une dictature, tantôt sournoise, tantôt brutale. Mais le temps est à l’orage, avec une météo politique très incertaine.

9 Messages de forum

  • 19 juin 2013 17:42, par henri

    Le vrai visage de Manuel Valls !

    • A cette heure, sans doute convient-il de rappeler et de diffuser largement l’enseignement de l’Eglise au sujet de la loi et de l’obligation, ou non, qui nous est faite de nous y soumettre. Cet enseignement éclairera, soulagera, et encouragera nos maires dans leur juste opposition à cette loi injuste. En effet, nous sommes tenus d’obéir aux lois, mais, une loi injuste n’est pas une loi. C’est une "injustice" déguisée en forme de loi. C’est, pour reprendre l’expression de Saint Thomas d’Aquin, "une forme de violence". Et, non seulement nous n’avons pas à nous y soumettre, mais nous avons même à nous y opposer de toute notre force.

      De l’encyclique Pacem in Terris du Pape Jean XXIII :
      51 - L’autorité exigée par l’ordre moral émane de Dieu. Si donc il arrive aux dirigeants d’édicter des lois ou de prendre des mesures contraires à cet ordre moral et par conséquent, à la volonté divine, ces dispositions ne peuvent obliger les consciences, car « il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes (34) ». Bien plus, en pareil cas, l’autorité cesse d’être elle-même et dégénère en oppression. « La législation humaine ne revêt le caractère de loi qu’autant qu’elle se conforme à la juste raison ; il est ainsi manifeste qu’elle tient sa vigueur de la loi éternelle. Mais dans la mesure où elle s’écarte de la raison, on la déclare injuste, elle ne vérifie pas la notion de loi, elle est plutôt une forme de la violence (35). »
      34. Act 5, 29.
      35. Summa Theol. Ia-IIae, q. 93, a. 3, ad 2m ; cf. Pie XII, Radio message de Noël, 1944, A. A. S., XXXVII, 1945, p. 5-23.
      (Remarque : la version espagnole a encore plus de force !...)

      De l’encyclique Sapientiae Christianae du Pape Léon XIII :
      9. (...) Oui, en vérité, nous pouvons et nous devons (...) aimer la chose publique et le pouvoir qui la gouverne ; d’autre part, et en même temps, nous pouvons et nous devons avoir pour l’Église un culte de piété filiale et aimer Dieu du plus grand amour dont nous puissions être capables.

      10 - Cependant la hiérarchie de ces devoirs se trouve quelquefois injustement bouleversée, soit par le malheur des temps, soit plus encore par la volonté perverse des hommes. Il arrive, en effet, que, parfois, les exigences de l’Etat envers le citoyen contredisent celles de la religion à l’égard du chrétien, et ces conflits viennent de ce que les chefs politiques tiennent pour nulle la puissance sacrée de l’Eglise ou bien affectent la prétention de se l’assujettir. De là, des luttes et, pour la vertu, des occasions de faire preuve de valeur. Deux pouvoirs sont en présence, donnant des ordres contraires. Impossible de leur obéir à tous les deux simultanément. Nul ne peut servir deux maîtres. Plaire à l’un, c’est mépriser l’autre. Auquel accordera-t-on la préférence ? L’hésitation n’est pas permise. Ce serait un crime, en effet, de vouloir se soustraire à l’obéissance due à Dieu pour plaire aux hommes, d’enfreindre les lois de Jésus-Christ pour obéir aux magistrats, de méconnaître les droits de l’Eglise sous prétexte de respecter les droits de l’ordre civil. Il vaut mieux obéir à Dieu qu’aux hommes. Cette réponse que faisaient autrefois Pierre et les apôtres aux magistrats qui leur commandaient les choses illicites, il faut, en pareille circonstance, la redire toujours et sans hésiter.
      14 - Aimer les deux patries, celle de la terre et celle du ciel, mais de telle façon que l’amour de la patrie céleste l’emporte sur l’amour de la première et que jamais les lois humaines ne passent avant la loi de Dieu, tel est donc le devoir essentiel des chrétiens d’où sortent, comme de leur source, tous les autres devoirs. ...

      • « Mariage Gay » : le ministre Valls menace les maires 21 juin 2013 23:13, par HERMENEUTICIEN

        Précisément. Qu’est ce une loi injuste ? Une loi qui permet à 2 personnes de se lier -et éventuellement de se délier- comme tout le monde ne saurait être considérée comme injuste. Par contre, enfermer un pauvre diable dans un voeu de chasteté qu’il a inconsidérement prononcé lorsqu’il avait 25 ans est scandaleusement inhumain, donc contraire à la loi divine. En conclusion, les maires de France ne font qu’appliquer une loi voulue par la masse de citoyens dotés par Dieu d’ entendement et qui constitue le Peuple français

        • c’est n’importe quoi comme raisonnement . Personne ne force un clerc à rester dans les ordres. Confusion, refus de la pensée !

        • « Mariage Gay » : le ministre Valls menace les maires 23 juin 2013 10:08, par POUZOULET PHILIPPE

          Votre "herméneutique" de la loi taubira tend à confirmer ce qu’on avait bien perçu jusqu’à présent : comme l’ont montré les débats ( et vos propos auraient pu être tenus par un élu socialiste car c’était à peu près le même niveau de réflexion), ce texte correspond à une éclipse de l’intelligence française.

          Au lieu d’un dialogue de la foi et de la raison, nous avons eu le spectacle de la mauvaise foi faisant concurrence à la déraison.

      • « Mariage Gay » : le ministre Valls menace les maires 23 juin 2013 23:44, par Jacky REAULT

        Pour info, Sauf la dernière partie relative à mon contexte professionnel, mais cependant informative, je mets à la disposition de qui en veut la lettre que j’aurais voulu adresser à mon voisin le Maire de Mésanger, si j’avais pu obtenir son mail (blocage de Pages Jaunes), je n’ai pu la placer, mais pour combien de temps qu’au Figaro. Je vais tenter de trouver une imprimante pour l’expédier par la poste.

        A Monsieur Le Maire de Mésanger, (Samedi 22 juin le matin)
        Une loi humainement illégitime prétend ridiculiser le langage, donc la raison commune appelant mariage l’union ménagère de personnes de même sexe. Elle ouvre la voie juridique au nom du mot égalité fétichisé, à une filiation où le désir absolutisé d’adultes passerait avant le droit universel des enfants. Aucune loi ne peut rendre légitime ce qui est un déni d’humanisation et de raison. La voix d’Antigone résistant à Créon depuis 2500 ans ne sera pas étouffée tant que durent des hommes libres adossés aux millénaires d’humanisation, bien plus large que les grandes religions devenant de facto un refuge de l’esprit humain. Dut-elle céder à la violence d’Etat et, sous la fiction juridique, à une oligarchie de media, argent pouvoir, votre résistance témoigne à jamais pour nous et tous les enfants à venir. Je vous dis ma solidarité totale. Universitaire historien et sociologue, je peux vous assurer que dans mon milieu où règne la pensée unique momifiée de l’ex gauche, aucune voix (@liste de l’Université de Nantes) n’a osé à ce jour, se dire favorable à cette loi. 1500 silences dans un milieu qui fut si prolixe en paroles, quel aveu ! Sous le mimétisme politique les consciences ne sont pas toutes obscurcies malgré le plomb moral du fait juridique accompli. Votre courage donne espoir. Non la résistance ne s’arrêtera jamais tant qu’il y aura des humains humanisés et des esprits pour qui le lien de la vérité et de la liberté est vital.
        Jacky Réault Université de Nantes (Retraité).

  • 19 juin 2013 21:38, par POUZOULET PHILIPPE

    Cette circulaire s’inscrit dans le cadre de la "préparation d’artillerie" destinée à faire rentrer dans le rang toutes les autorités impliquées dans la célébration des mariages taubira...

    Elle tient manifestement compte d’une récente décision du Conseil d’Etat (Commune de Chirongui, 23 janvier 2013) selon laquelle, sous réserve que la condition d’urgence soit remplie, il appartient au juge administratif des référés, saisi sur le fondement de l’article L. 521-2 du code de justice administrative, d’enjoindre à l’administration de faire cesser une atteinte grave et manifestement illégale à un droit qui a le caractère d’une "liberté fondamentale" (en l’espèce : droit de propriété), quand bien même cette atteinte aurait le caractère d’une voie de fait.

    Il convient toutefois de souligner que le juge doit toujours effectuer la "balance" des intérêts en présence. Or, cette balance commande, à mon avis, de prendre en compte la liberté de conscience du maire si elle est formellement invoquée. Ou sinon je ne sais pas ce qui distingue la France d’une démocratie populaire rampante.

    De toute manière, M. Valls n’a aucune raison de s’inquiéter. Il serait étonnant qu’on ne trouve pas dans la plupart des conseils municipaux des élus disposés à célébrer des mariages taubira si le maire ou tel adjoint est objecteur de conscience...

    Par exemple, à Bordeaux M.Juppé, avec un zèle qu’il faut souligner, a dit qu’il était prêt à célébrer des mariages taubira avant même que la loi taubira ne soit votée. On peut ainsi "compter" sur tous les élus de gauche plus un grand nombre d’élus UMP : ça donne du mou...

    Et pour les cas limites, on peut parfaitement concevoir un amendement législatif rapidement adopté au parlement permettant au procureur de la République de désigner un officier d’état-civil suppléant (et volontaire naturellement) qui pourrait venir célébrer le mariage taubira. Aucun maire n’est propriétaire de sa mairie.

    Bref, il faut que le pouvoir se montre raisonnable...On ne peut quand même pas demander à 36 000 maires de France d’avaler leur écharpe tricolore sous prétexte que la majorité socialiste a décidé d’imposer le mariage d’une minorité de minorité sexuelle (quelques dizaines de milliers de personnes à tout casser) à un pays de 66 millions d’habitants dont à peu près la moitié est contre cette supercherie.

    François Hollande qui n’est pas un dogmatique, doit pouvoir garder le contrôle de ses idéologues avant que, par leur faute, on se retrouve avec une manif monstre de soutien devant le tribunal où l’on commettrait l’erreur de poursuivre un maire...Une occasion rêvée de relancer les Manifs pour tous...

    • « Mariage Gay » : le ministre Valls menace les maires 20 juin 2013 09:16, par Bernadette Cosyn

      Pour éviter tout incident, Manuel Valls devrait spécifier que les unions Taubira devront être ratifiées le lundi matin avant 6 h 30, au bureau de l’Etat-Civil. L’officier d’Etat-Civil demandera les cartes d’identité des futurs et leur fera illico signer le registre avant de les faire sortir par la porte de derrière. On n’est jamais trop précautionneux.

  • 21 juin 2013 09:20, par Michael Jeaubelaux

    Posez-vous la question : "Pourquoi ?"
    Pourquoi cette question est-elle prioritaire pour Valls et le Gouvernement ? Pourquoi Valls pourchassent-ils les manifestants innoffensifs ? Pourquoi Taubira donne-t-elle des ordres pour qu’ils soient incarcérés...alors qu’elle veut donner des billets d’impunité aux délinquants ? Ce régime a de la chance d’avoir en face de lui des gens pacifiques...mais à force !