Accueil du site > Actualités > The Catholic Thing > Le syndrome "Catholiques pro-Obama" (suite).

Imprimer cette page

Traduit par Pierre

Le syndrome "Catholiques pro-Obama" (suite).

par Howard Kainz

jeudi 7 juin 2012


L'intégralité de cet article est réservé aux lecteurs inscrits sur le site.
Pour y accéder, veuillez vous identifier ou bien vous inscrire.
L'inscription est gratuite et ne demande que quelques instants.
Pourquoi vous inscrire ?

1 Message

  • 7 juin 2012 21:50, par Pierre Lebègue

    Cet article me fait penser à la situation politique en France. Les questions de l’avortement sont tout doucement glissées sous la table, il semble que les pratiques abusives aux États-Unis (assassinat d’enfants viables dont l’avortement a raté) ne sont pas encore répandues chez nous — suis-je mal informé ? Mais un autre sujet est tout autant inquiétant, concernant aussi la famille. Nous venons d’être munis d’un Président hostile, semble-t-il au mariage, il a vécu avec Marie-Ségolène sans l’épouser mais en lui faisant quelques enfants, puis a changé de "compagne", Valérie est devenue par la grâce des urnes "première girl-friend de France" (en franglais dans le texte). Hostile au mariage ? Certes pas, si on écoute son discours et s’il s’agit d’unir deux personnes de même sexe, qui disposent pourtant d’un artifice bien plus commode que le mariage : la répudiation n’existe pas encore en France, sauf pour le PACS (la charia n’est pas encore instituée chez nous). Re-re-re-. . . - consultant mes dictionnaires, je n’ai trouvé pour l’entrée "mariage" que l’union d’un homme et d’une femme. L’ordonnance de Villers-Cotterêts n’étant pas abrogée, c’est encore la langue française qui fait foi dans notre pays. Donc, halte au feu, et le "mariage gay" à la poubelle. Sans pour autant vouloir jeter l’opprobre sur ceux qui adoptent ce mode de vie en commun. Ils sont libres, mais qu’ils cessent donc de nous harceler au sujet de prétendus "droits". Nous avons le droit d’être épargnés de leur propagande. Au secours, la famille est de plus en plus menacée. Chrétiens, réfléchissons, et ne nous laissons pas entraîner sur une pente fatale.