Accueil du site > Actualités > Le Journal de Gérard Leclerc > « Le Monde » entre en guerre contre l’Église

Imprimer cette page

« Le Monde » entre en guerre contre l’Église

par Gérard Leclerc

lundi 14 mars 2016

La polémique contre le cardinal Barbarin est maintenant relayée par le quotidien « Le Monde » avec des procédés que l’on peut juger peu loyaux et avec des accusations graves contre l’Église de France pour des raisons non démontrées. Jusqu’où ira-t-on ?


Pardon, mille fois pardon, chers amis, mais je suis bien obligé de revenir sur l’offensive qui fait rage en ce moment contre le cardinal Philippe Barbarin, car Le Monde, lui-même, s’est mis de la partie. Le Monde oui, qui fut, je parle bien au passé, notre quotidien de référence nationale. Il y a bien longtemps déjà que Jean-Marie Domenach me signifiait que le journal fondé par Hubert Beuve-Méry n’était plus digne de ses fondations. Mais son édition datée du samedi 12 et dimanche 13 mars 2016 m’apporte une nouvelle preuve de son indignité. Je lis à la une ce titre lapidaire : « Pédophilie : l’Église de France mise en cause », avec l’annonce d’un éditorial catégorique : « Une complaisance coupable ». On a bien lu : complaisance ! La hiérarchie de l’Église catholique serait complaisante à l’égard de la pédophilie, le premier accusé étant le cardinal Barbarin.

J’ai déjà traité cette affaire Preynat, plusieurs fois. Je n’ai pas la possibilité de m’étendre, comme les journalistes du Monde, sur six larges colonnes. Mais il me faut bien constater que l’enquête est uniquement à charge, et de ce point de vue, foncièrement malhonnête. Pas un mot n’est dit des précédentes décisions du cardinal Barbarin à propos de faits de pédophilie qui se sont déroulés sous son épiscopat, et qui ont motivé des exclusions immédiates du sacerdoce. Rien non plus n’est dit de la détermination de l’archevêque de Lyon à remettre en ordre des congrégations religieuses où s’étaient produits de graves manquements aux vœux religieux. La plus scrupuleuse honnêteté aurait commandé de rappeler également comment Philippe Barbarin avait répondu à l’imposture d’une jeune journaliste de Mag 2 Lyon [1], qui prétendait avoir été violentée par un prêtre à Strasbourg. Le cardinal l’avait pressée d’avertir la police : « Oui, et tant pis si c’est une honte supplémentaire pour l’Église, car ça peut aussi rendre service à tout le monde. Si vous, vous portez plainte, on va interroger ce monsieur, et c’est très bien. Et même pour lui parce qu’il faut arrêter de mentir. »

Mais cela n’intéresse pas les honnêtes gens du Monde, qui préfèrent lancer par ailleurs des accusations sans preuves, comme celle de dizaines de victimes récentes du père Preynat, et plus largement d’une vaste entreprise de camouflage. Nous ne sommes malheureusement pas au terme de cette polémique. Si Le Monde la poursuit je pourrais peut-être rappeler quelques souvenirs intéressants à l’égard de sa direction.

Chronique diffusée sur Radio Notre-Dame le 14 mars 2016.

Notes

[1] Et non Lyon magazine, comme précédemment écrit

Pour aller plus loin :

26 Messages de forum

  • 14 mars 13:27, par Berangere de Beaucoudrey

    Lire l’analyse de Regis de Castelnau sur les ressorts politiques de ce lynchage sur Causeur.

    Répondre à ce message

  • 14 mars 15:56, par cording

    Malheureusement il n’y a pas vraiment de surprise à cela. pour ma part il y a longtemps que j’ai renoncé à considérer "Le Monde" comme un journal sérieux et objectif depuis que le trio Minc-Plénel-Colombani l’ont dirigé et l’ont transformé en journal politiquement correct.

    Répondre à ce message

  • 14 mars 17:34, par Dom Pedro

    L’article du Monde relate des faits précis et justes au sujet de l’affaire Preynat. Y voir une guerre contre l’Eglise alors que le cardinal doit simplement fournir des explications sur son attitude est pour le moins disproportionné. Comment équiparer l’Eglise de France et le cardinal Barbarin ? Demander des comptes au cardinal de la part des courageuses victimes est devenu une nécessité. J’ose espérer que les évêques de France qui commencent demain leur assemblée de printemps à Lourdes ne vont pas commettre votre erreur en s’identifiant aux difficultés de l’un des leurs et qu’ils auront la sagesse de nommer une commission nationale indépendante chargée de recevoir les plaintes des malheureuses victimes qui ressortent à l’occasion de cette affaire. La restauration de leur crédibilité est à ce prix.

    Répondre à ce message

    • cf. : 14 mars 17 : 34

      De quelle intelligence est donc issue cette idée surprenante de qualifier de "courageuses" des présumées victimes "ressuscitées" soudainement au bout d’une trentaine d’années... Cet "effet Lazare", en plus décliné ici à deux semaines de la Glorieuse Fête de la Résurrection relèverait-il, lui aussi, du miracle ?...

      Quant à "comment équiparer - oh la la ! -l’Eglise de France et le cardinal Barbarin" voilà une question ciblée pour le moins fort maladroitement car l’Eglise catholique ne se limite pas, même en France, aux seuls évêques et à Mgr Barbarin. L’Eglise en France, comme partout dans le monde, est composée des catholiques qui s’en réclament, ne seraient-ils qu’une poignée, mais ayant fort bien compris cette - dénommée par les media - "affaire Barbarin" comme une sorte de bouquet chatoyant d’entourloupes et autres manigances désespérées pour porter atteinte à l’Eglise universelle, la personne de Mgr Barbarin n’étant utilisée que pour illustrer honteusement un répugnant prétexte à...

      Oui, il faut "espérer que les évêques de France qui commencent demain leur assemblée de printemps à Lourdes ne vont pas...etc...".
      Le message ci-dessus, sorte, celui-là, de "printemps arabe", exhale comme qui dirait des relents fétides d’incitation à la guerre de religion entre membres d’une même Assemblée ou peuple de Dieu, là aussi, en anticipant la réunion à Lourdes. Quant aux conseils charitablement prodigués les reprendre à son propre compte serait plus judicieux au cas où, n’Est-ce pas...

      Le billet aigrelet ci-dessus signé religieusement Dom Pedro pèche grandement par faiblesse et indigence de propos et d’esprit. A cet auteur en manque d’arguments on préfère le personnage qui demandait au Crucifié : "La main, Seigneur,c’ est fait pour bénir.
      Mais le pied ?"... Il me serait difficile de conclure ce message sans
      affirmer que, face à Dom Pedro, et en n’étant pas, lui, ridicule,

      DOM CAMILLO était, au contraire, autrement sympa et, surtout, et de très loin, plus INTELLIGENT.

      Ave ! poverello falso.

      Répondre à ce message

      • « Le Monde » entre en guerre contre l’Église 15 mars 11:00, par François Sejourné

        Bravo et merci pour votre analyse. J’ai toujours estimé Le Monde, et mon directeur (aux publications de la Vie catholique où j’ai été rédacteur en chef) , Georges Houdin,voyait réguilièrement Hubert Beuve -Méry. Comment en un plomb vil...?
        Le Monde éait un journal de référence. Nos évêques réunis à Lourdes sauront, j’espère, lui répondre.

        Répondre à ce message

    • Bonjour,
      C’est justement le Monde qui établit de curieuses équivalences : diocèce de Lyon = Eglise de France = cardinal Barbarin.
      Et si le Monde relate des choses exactes, sa propre démarche pose de graves problèmes :
      - parce que le Monde omet d’autres choses toutes aussi exactes et indispensables pour comprendre le sujet qu’il a l’ambition porter à la connaissance de ses lecteurs.
      - parce que, si le Monde voulait simplement parler des méfaits subis par de jeunes garçons de la part de tel membre du clergé, on n’aurait quasiment rien à redire, mais le Monde a l’ambition de juger de l’implication du cardinal Barbarin dans ces affaires... ce n’est pas du tout la même chose !
      Je résumerais tout cela ainsi : une chose est de publier la composition d’un poison et d’en déplorer l’usage, autre chose est de prétendre qu’untel ou tel autre est un empoisonneur !
      Les victimes ont raison de raconter, de dire leur déception, leur colère. C’est dommage pour les prêtres et les chrétiens fidèles qui avalent des couleuvres, mais c’est comme ça. L’Eglise a le devoir d’entendre les victimes et de prendre de sévères mesures contre les coupables, la presse peut jouer un rôle à un moment ou à un autre du processus notamment en cas de procédure judiciaire, cela ne pose pas de problème de fond même s’il y a, comme je l’ai dit plus haut, des couleuvres à avaler.
      Mais, dans le Monde, il n’y a rien de tout cela : il y a les apparences des démarches légitimes des victimes, je dis les apparences parce que ce qu’il y a d’exact dans ce qui a été retenu de leur récit, de leur déception et de leur colère, est comme grimé par tout le reste, et ce qui devrait être une demande de justice légitime de la part des victimes devient, par le truchement du Monde, une revendication d’injustice.

      Répondre à ce message

  • 14 mars 17:38, par Réginald de Coucy

    Plus rien à voir entre le Monde que nous avons connu il y a un certain nombre d’années, instrument incontournable de l’information et de la réflexion, aujourd’hui, il ne vaut même pas le papier sur lequel il est écrit.

    Il n’est pas même sûr que comme torchon il soit utile, sauf, peut-être, pour les tâches les plus dégradantes, à l’images des causes tordues et des combats foireux auxquels il se prête.

    La presse écrite est malade, la presse écrite est moribonde : elle l’a bien cherché. La presse écrite ne vit plus d’un lectorat dont elle se f... totalement et qu’elle méprise. La presse écrite vit des subventions, de la publicité et du soutien de groupes pour le compte desquels elle est priée de rouler sans regimber et sans faire de vagues dérangeantes.

    Regardons à quel groupe appartient tel ou tel journal et l’on comprendra tout des allégeances et des servilités plumitives de son personnel... Où sont les vrais journalistes, dignes de ce nom ? Ils sont tous morts, à la retraite, au chômage ou dans quelque placard !

    Allons, soyons honnêtes et cléments. Il en reste bien un ou deux mais ils clament dans le désert pour des revues à faible diffusion ou sont désormais chargés de la météo ou des chiens écrasés.

    L’information, la vraie, a trouvé refuge dans des blogs qui autorisent à leurs auteurs une liberté de ton et une indépendance d’esprit qui n’existent plus dans les médias mainstream, tous englués dans une pensée unique qui transforme petit les opinions publiques en un magma informe (*) et figé.

    Oui, il y a de quoi être de mauvaise humeur à contempler le tableau accablant de l’information.

    Un site (mais il n’est pas le seul), "Les Crises", initialement dédié aux questions économiques, s’est trouvé amené à épingler ce que l’on ne peut se contenter d’appeler des bourdes mais carrément les mauvais coups de la presse.

    Deux exemples, parmi une multitude, concernant le Monde : http://www.les-crises.fr/quand-le-m...
    et plus récemment http://www.les-crises.fr/maidan-2-a...

    La guerre en Ukraine a été l’occasion pour de nombreux lecteurs - ceux qui n’étaient pas déjà partis... - de se rendre compte du travail de désinformation et de propagande mené par leurs journaux favoris. La guerre en Syrie offre un autre champ d’action à l’information baisée et au mensonge stipendié.

    * informer, aujourd’hui, est trop souvent synonyme de rendre informe...

    Répondre à ce message

  • 14 mars 19:35, par Philippe Pouzoulet

    Faut-il s’étonner de cette "offensive" ? Je m’étonnerais plutôt qu’elle ait tardé...

    Le Monde est devenu l’organe des lobbies libertaires. Pierre Bergé, dont on connait les "sorties" vengeresses, n’a-t-il pas des intérêts dans la place ?

    L’Eglise est la principale force de résistance à l’idéologie libertaire. Et le cardinal Barbarin l’un de ses meilleurs communicants sur le sujet...

    CQFD. Tout sera fait pour saper son autorité et sa crédibilité dans l’opinion.

    Un évêque m’avait dit un jour : les médias, en France, c’est pour nous comme "Blandine aux lions"...Déchiré à belles dents... Cela fait réfléchir - et souffrir- de penser que le courageux Primat des Gaules en fait aujourd’hui la douloureuse expérience...

    Nous ne pouvons que le soutenir par la prière dans cette épreuve. De toute manière, il n’est pas homme à se laisser déstabiliser par l’immonde et les crachats médiatiques...

    Pour le reste, laissons pisser le mérinos...je veux dire : Le Monde. Mais cela nous ramène à une constatation grave. Tout sera bon pour alimenter la cathophobie dans ce pays, de la part de certains pouvoirs déterminés à asseoir la domination sans partage de la démocratie "popul(ibert)aire" et dont l’indignation est bien sélective. On a bien peu entendu ces pouvoirs sur le sort des Allemandes violées devant la gare de Cologne pendant la Saint-Sylvestre, par exemple...

    Répondre à ce message

    • je suis horrifiée de ce lynchage politico médiatique dont est victime le cardinal barbarin , c est une guerre , une basse vengeance contre l église catholique que le cardinal représente et qui a pris des positions anti libertaires , l Eglise prone ,véhicule les valeurs fondamentales de la famille ,elle lutte contre la ldéliquescence de la morale dans notre société alors pourquoi les médias manifestent ils un tel acharnement contre le christianisme
      en se souvenant du courage des chrétiens d orient qui luttent contre la barbarie et les tueries , les journalistes de France sont ils obligés de "rouler " pour le pouvoir politique actuel anticlérical ,assorti des franc maçons du G O qui crient " à bas la calotte"
      d autre part pourquoi les médias ne parlent ils pas des nombreux cas de pédophilie dans l éducation nationale ,de ces enseignants qui violent leurs élèves ,de ce directeur d école que mne belcasem avait intégré et qui était un récidiviste de viols répétés
      2 poids 2 mesures !!!!!!!!!
      on voit bien que c est un complot contre l église catholique
      avez vous un code de déontologie mnes et mrs les journalistes ? avez vous la liberté d expression ??? ou votre place est en jeu ??
      arretez cette calomnie ,cette haine qui nous fait vomir de dégout
      cessez cette chasse aux sorcières ,comment faites vous pour vous voir chaque matin dans votre miroir ????

      Répondre à ce message

      • cf. : 15 mars 19:56

        Bonjour anne ! Comment ne pas comprendre la légitime indignation qui transparait dans vos lignes... Il est de plus en plus évident que cet acharnement directement dirigé contre Mgr Barbarin est en fait une sorte de Grosse Berta lancée, sous forme parfois de langage lénifiant, contre l’Eglise catholique. Qu’il y ait des victimes d’actes répréhensibles on ne peut que compatir, prier et aider à la recherche de la vérité. C’est ce qui s’appelle dans le langage moderne la "solidarité". Mais, ressortir une à une, car ce n’est semble-t-il pas fini, des histoires d’"abus sexuels", d’"attouchements", de "viols" sur mineurs datant d’une ou de deux ou de trois décennies et les jeter sur les épaules d’un seul homme releverait d’un projet concocté, organisé et mis en œuvre dans un but précis. Ce but, annoncé et entretenu en brinquebalant toutes sortes d’instruments à percussion, n’est pas de nature à défendre des victimes aujourd’hui trentenaires et quadras. Ces personnes sont, comme Mgr Barbarin, des "prétextes" vivants pour atteindre des fins peu glorieuses. Tout le monde n’est pas dupe.

        Les "munitions" des francs-tireurs cachés derrière un quelconque gros tonneau ou les meurtrières d’un château "dit" fort ne sont pas, a-t-on appris, épuisées. Mais c’est sans compter que dans le lot se trouverait, peut-être, le pétard mouillé auquel "personne n’y avait pensé".

        A force de piocher dans la housse de la quête de la messe du dimanche, plus d’un enfant de chœur s’est fait pincer les doigts.

        Répondre à ce message

        • "Que tous les coupables se lèvent !". Voilà donc l’emphatique phrase de ralliement "dernier cri" lancée via le site - à présent bien connu - : Slate.fr... Mais, ces "coupables" ne se sont jamais couchés en ces circonstances ! On ne peut que le constater.

          Ceci étant, rien n’empêcherait le "petit peuple", et sans se gêner au point où on il en est, de faire écho, puisque tout est permis, en criant à son tour : "Que tous les morts se lèvent !". Mais oui, puisqu’il semblerait qu’apparemment il manquerait encore quelques petites voix pour, comme on dit, "descendre" définitivement Mgr Barbarin, des membres éminents du Vatican et l’Eglise de Rome dans son ensemble. Sont également conviés à ce rite mortifère les catholiques récalcitrants face à l ignoble procès diffamatoire craché gracieusement par nombre de media et sites interposés...

          Les bousculades se suivent et s’enchainent partout dans la Presse, sur les réseaux sociaux et les sites concernés pour déployer nombre d’entretiens avec des victimes, parait-il, invitées à s’épancher en ce qu’on appelle un éventail de "confidences" digne de ne s’ouvrir que dans les tribunaux à l’attention de juges et d’hommes de lois. Eparpillées ainsi aux quatre vents de France et du monde, des déclarations du genre "agressions sexuelles sur adultes de Bruno Houbert, prêtre de Rodez" etc... En omettant, bien entendu, de préciser si ces "’adultes" sont des femmes ou des hommes, suivre mon regard... Imaginer des hommes "adultes" se laisser tripoter par un curé sans leur consentement... Alors, cette fois, ce ne sont plus "Pierre", "Paul" ou "Vercingétorix" qui pleurnichent dans le giron de Slate et autres réservoirs à larmes, puisqu’on laisse comme supposer que ce pourrait être, on ne sait plus, "Juliette", "Sylvie" ou "Cunégonde" qui déversent leurs dramatique expériences aspergeant copieusement les colonnes de tels quotidien et sites transformés en confessionnaux de fortune...et laïcs, de préférence pour plus de sécurité. A ce stade d’"incongruités" - pour rester poli - on a le droit de faire usage de la toute nouvelle expression :"la fiction qui surpasse la réalité".

          Il est temps d’arrêter ce jeu de massacre et de ne se consacrer qu’aux
          choses sérieuses, laissant à la seule Justice - si elle existe - la responsabilité d’accomplir son devoir en faisant usage de son droit.

          MERCI.

          Répondre à ce message

        • "Que tous les coupables se lèvent !". Voilà donc l’emphatique phrase de ralliement "dernier cri" lancée via le site - à présent bien connu - : Slate.fr... Mais, ces "coupables" ne se sont jamais couchés en ces circonstances ! On ne peut que le constater.

          Ceci étant, rien n’empêcherait le "petit peuple", et sans se gêner au point où on il en est, de faire écho, puisque tout est permis, en criant à son tour : "Que tous les morts se lèvent !". Mais oui, puisqu’il semblerait qu’apparemment il manquerait encore quelques petites voix pour, comme on dit, "descendre" définitivement Mgr Barbarin, des membres éminents du Vatican et l’Eglise de Rome dans son ensemble. Sont également conviés à ce rite mortifère les catholiques récalcitrants face à l ignoble procès diffamatoire craché gracieusement par nombre de media et sites interposés...

          Les bousculades se suivent et s’enchainent partout dans la Presse, sur les réseaux sociaux et les sites concernés pour déployer nombre d’entretiens avec des victimes, parait-il, invitées à s’épancher en ce qu’on appelle un éventail de "confidences" digne de ne s’ouvrir que dans les tribunaux à l’attention de juges et d’hommes de lois. Eparpillées ainsi aux quatre vents de France et du monde, des déclarations du genre "agressions sexuelles sur adultes de Bruno Houbert, prêtre de Rodez" etc... En omettant, bien entendu, de préciser si ces "’adultes" sont des femmes ou des hommes, suivre mon regard... Imaginer des hommes "adultes" se laisser tripoter par un curé sans leur consentement... Alors, cette fois, ce ne sont plus "Pierre", "Paul" ou "Vercingétorix" qui pleurnichent dans le giron de Slate et autres réservoirs à larmes, puisqu’on laisse comme supposer que ce pourrait être, on ne sait plus, "Juliette", "Sylvie" ou "Cunégonde" qui déversent leurs dramatique expériences aspergeant copieusement les colonnes de tels quotidien et sites transformés en confessionnaux de fortune...et laïcs, de préférence pour plus de sécurité. A ce stade d’"incongruités" - pour rester poli - on a le droit de faire usage de la toute nouvelle expression :"la fiction qui surpasse la réalité".

          Il est temps d’arrêter ce jeu de massacre et de ne se consacrer qu’aux
          choses sérieuses, laissant à la seule Justice - si elle existe - la responsabilité d’accomplir son devoir en faisant usage de son droit.

          MERCI.

          Répondre à ce message

      • Continuez de survalorisez l église ou la famille aveuglément ne réglera pas les problèmes ! Vous voulez fermer les yeux sur une réalité ! L église et la société ont organisé le silence sur les questions de l inceste ou de la pedophilie, c est un fait avéré ! Que la pensée libertaire ne soit pas parfaite rien ne l est mais cessez de vous cacher derrière les institutions ! Criez au complot est l arme absolu de ceux qui nie ou veulent dissimuler des réalités qui dérangent !

        Répondre à ce message

        • Ce message venant après le mien m’interpelle. S’il est légitime de crier son indignation, de dénoncer, à quoi cela pourrait-il servir, dans cet espace, si on s’arrêtait là ? Serait-il trop demander de, si possible, suggérer des tentatives de solutions aux problèmes, d’émettre des idées, bref, d’apporter des éléments constructifs. Les jérémiades à elles seules auraient-elles vocation à changer quoi que ce soit ?

          Tout un chacun pourrait se considérer concerné pour améliorer ce qui peut l’être. Dans la réflexion et la confiance. Tout bêtement.

          MERCI.

          Répondre à ce message

  • 15 mars 14:22, par laurelo

    Gérard Leclerc s’étonne de ce qu’est devenu le Monde ? qu’il fasse comme moi : je ne lis plus que Gala, Point de vue et même Voici : c’est plus distrayant et les nouvelles malgré quelques outrances sont plus exactes que dans le quotidien du soir, je lui conseille jours de France qui vient de reparaître, cela rappelle de bons souvenirs de Marcel Dassault. Quant à lire pour s’informer, il y a des livres pour cela dont on ne parle pas mais que l’on trouve encore dans des librairies, mais plus un sou pour la presse bourgeoise et pseudo intellectuelle qui en fait ne pense plus depuis quarante ans. Depuis le trio infernal (la sainte trinité médiatique :Plenel, Colombani, et Minc), ce journal est sur le déclin, le rachat par Pierre Bergé ne fait qu’accentuer la descente. A vrai dire, tout le monde s’en fout comme des primaires : la presse est morte. Mais ces gens-là iront jusqu’au bout de leur idéologie : se faire la peau d’un cardinal, ils se servent même du pape pour cela qui "démissionnera le cardinal Barbarin", cela va sans dire..
    Ils savent ce qu’ils font : le cardinal Barbarin est un prince de l’Eglise qui a une réelle valeur intellectuelle, le rêve de ces gens c’est de détruire l’Eglise ou de ne voir que des princes du style Monsieur de Parthénia, ainsi l’Eglise serait réellement morte intellectuellement et ne dérangerait plus personne.
    Les jours qui viennent vont être mouvementés car "ils" veulent leur proie et "ils" ne la lâcheront pas : le cardinal Barbarin sera le bouc émissaire (nos politiques s’y mettent : cet homme "pose problème" comme notre grand Benoît..
    laurelo

    Répondre à ce message

  • 15 mars 16:07

    Merci d’avoir publié mon commentaire ci-dessus.
    En lisant et en écoutant ce qui s’écrit et se dit ici et là au sujet de cette étrange affaire, je remarque quelques incohérences récurrentes sur lesquelles prospèrent les beaux parleurs et les personnes qui ne cherchent pas la justice mais le lynchage du cardinal :
    - on ne donne aucune précision sur la chronologie voire la cartographie des faits : quand une personne n’est pas là, n’est pas en poste de responsabilité dans le domaine qui est le sien... qu’est-ce qu’on peut, qu’Est-ce qu’on doit lui reprocher ?
    - contrairement au droit des Etats, le droit canon ne connaît pas la prescription dans ces affaires, paraît-il : quand, tenant compte de cette donnée, une personne ayant accédé à un poste de responsabilité 20 ans, 10 ans ou même 5 ans après les faits, cherche malgré tout à s’informer mais ne trouve rien qui lui permette de trancher dans tel sens, à moins de commettre de graves injustices sous prétexte d’en réparer d’autres en dépit de la raison... qu’est-ce qu’on peut, qu’Est-ce qu’on doit lui reprocher ?
    - une "nouvelle victime" dit avoir été abusée a 16 ou 19 ans, selon les versions. C’est très grave mais cela ne relève pas de la pédophilie. Et dans ce cas, aussi, si on tient compte des remarques ci-dessus, on se demande vraiment ce qui est reproché au cardinal.
    - la remarque sur la "nouvelle victime" me permet encore d’aborder un aspect que je trouve fort pertinent pour la compréhension et pour la justice, et qui est pourtant tu par tout le monde, y compris les commentateurs qui semblent préoccupés de compréhension et de justice : je veux parler du contexte, avec la difficulté, pour les responsables, de connaître ce type d’affaires dans les services et autres entreprises qu’ils dirigent. Combien d’affaires de pédophilie dans l’enseignement, dans le sport et autres activités où on rencontre des enfants ? Combien par rapport au nombre d’affaires dans lesquelles sont impliquées des ecclésiastiques ? A force de ne pas vouloir faire ces comptes, certes sordides, ou de ne pas vouloir les diffuser quand on les connaît, on laisse se répandre une très grande diffamation contre le sacerdoce et contre tous les célibataires, puisqu’on laisse se répandre l’idée prêtre/célibataire=pédophile.
    Et tout cela permet aux beaux parleurs et aux amateurs de lynchages de se déchaîner contre une personne, en l’occurrence le cardinal, quand l’occasion se présente de faire croire à des victimes qu’on les aide alors qu’on opère un hold-up de leur légitimité dans le but d’attaquer une personne pour d’autres motifs que l’on ne veut pas avouer. Et tout cela dans le silence, coupable à mon sens, de tous les responsables d’institutions bien plus frappées par les crimes de la pédophilie, bien plus silencieuses que l’Eglise (Mgr Dubost en parlait naguère mais cela n’a été ni relevé ni précisé).
    J’estime qu’il faudrait trouver le moyen d’aider ces institutions à se sentir plus solidaires de l’Eglise et de toute personne célibataire, en rappelant certains chiffres parlants. Cela diminuerait considérablement l’impact des propos des beaux parleurs et amateurs de lynchages, cela permettrait aux victimes d’être prises en compte et pas phagocytées par ces nouveaux prédateurs.

    Répondre à ce message

  • 15 mars 16:43, par Jean Louis FAURE

    Et voilà , c’est signé ! Gérard Leclerc parle de relais.
    Le dernier maillon a été dévoilé ce matin sur une radio. Un Valls intervient (c’est son rôle ?), donc technique de base de l’agitprop : un cabinet noir déclenche une émeute, et l’état rétablit l’ordre ... Tous les totalitarismes connaissent cette mécanique de base.

    Répondre à ce message

  • 15 mars 21:17, par Pol

    Quant aux actes de pédophilie, il ne s’agit pas comme vous le signifiez de "manquements aux vœux religieux" (ou alors seulement à titre accessoire) mais d’actes criminels avec circonstances aggravantes.

    L’omerta peut prendre différentes formes, de l’euphémisme au déni. Le chemin de la rédemption semble encore long.

    Répondre à ce message

  • 15 mars 21:40, par Ouche

    On ne peut qu’être scandalisé de l’intervention du premier ministre sur le sujet. Ce n’est pas dans ses fonctions, ni dans l’esprit, ni dans la lettre. Où est la laïcité prônée à cor et à cri ? Où est l’indépendance de la Justice vis à vis du Pouvoir exécutif ?
    Qu’il y ait eu des blessures individuelles et même des séquelles vingt ans après, personne n’en disconvient. Mais est-ce à l’individu de porter des jugements et condamner ? C’est à une Justice indépendante.
    L’orchestration médiatique elle-même ne peut qu’ être suspecte.
    Oui, finalement,puisque Le Monde s’en mêle en de tels termes, cela fait porter un doute sur l’intention (Un doute ? Ou une certitude ?)
    Enfin, le Cardinal a eu une phrase qu’il nous faut approfondir : le "principe de précaution" empêche toute prise de décision et ne donne plus aucune espoir à l’homme.

    Oui nous sommes confrontés à une démarche à charge

    Répondre à ce message

  • 16 mars 07:57, par Philippe Pouzoulet

    Je souligne que toute cette agitation intervient comme par hasard à un moment où la conférence épiscopale française aurait bien besoin de se donner, pour un nouveau mandat, un président un peu plus actif et communicant, comme par exemple le cardinal Barbarin...

    Répondre à ce message

  • 16 mars 08:19, par Philippe Pouzoulet

    PS La conférence de presse du cardinal Barbarin a mis les choses au point.

    L’interpellation de Manuel Valls est scandaleuse. Une totale méconnaissance de la présomption d’innocence. Elle démontre à quel point ce pouvoir, tenu en échec et affaibli, est vindicatif.

    Répondre à ce message

  • 16 mars 13:25, par Philippe Pouzoulet

    Et ça, Manuel Valls en parle ?
    Pourquoi la presse ne met-elle pas ces faits en exergue ?
    Pourquoi ne demande-t-elle pas des explications à Mme Belkacem ?
    Faut-il que l’on soit en plein lynchage d’Eglise pour que le ministre de l’éducation nationale donne ses chiffres ??

    Citation du Figaro.fr

    En plein débat sur l’affaire de pédophilie au sein du diocèse de Lyon, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem, défend la réactivité de l’institution qu’elle dirige. « Il y a eu des radiations, nous avons sur ce sujet une politique très ferme, il y en a eu sur l’année 2015, 27 », a-t-elle expliqué sur RTL, précisant qu’il s’agissait « essentiellement d’hommes » dans les premier et second degrés. Le nombre de radiations pour des affaires liées à la pédophilie (les faits incriminés ne se sont pas forcément produits dans un cadre scolaire) était de 19 en 2014, premier et second degrés confondus, 26 en 2013 et 15 en 2012, selon des chiffres transmis par le ministère de l’Éducation.

    Répondre à ce message

  • 17 mars 17:37, par Bruno de Saigon

    Le Monde un journal de référence !??????

    Etes vous tombé sur la tête !?
    Le Monde fut le premier journal français à défendre Pol Pot et les communistes du Cambodge, à défendre la révolution culturelle en Chine, à supporter les révolutionnaires mercenaires tels que Régis Debray...

    Alors non, franchement non, Le Monde n’est pas et ne sera jamais un journal de référence. A moins qu’il ne soit référence dans "L’imMonde" !!

    Merci.

    Répondre à ce message

  • 16 mai 21:22, par Philippe Pouzoulet

    Le pape François ne pouvait intervenir plus à propos pour apporter son soutien au cardinal Barbarin justement qualifié de courageux, créatif et missionnaire.

    Femez le ban : l’halali tant souhaité par le journal de Pierre Bergé n’aura pas lieu. Du moins tant que l’enquête judiciaire n’aura pas abouti à des incriminations concrètes qui ont bien peu de chance d’être retenues pour des faits qui ont eu lieu alors que le cardinal Barbarin n’était même pas à Lyon...

    C’est ce qu’on appelle dégonfler une baudruche médiatique...

    Cela ne remet nullement en cause la consigne "zéro tolérance" dans l’Eglise catholique et le droit des victimes d’obtenir justice, évidemment.

    Répondre à ce message

    • Pape François : fermez le ban ! 17 mai 06:20, par Gemayel

      cf. : 16 mai 21:22

      "La déclaration" de François sur Mgr Barbarin n’avait été, à la date d’hier, 16 mai 2016 00:00, dévoilée que par bribes dans des quotidiens et leurs sites. C’est le journal "La Croix" qui devait en donner le compte-rendu "le 17 mai". N’ayant pas eu sous les yeux l’exclusivité en question - et encore ! -, il serait prudent de me limiter à des phrases glanées ici et là : "le pape apporte son soutien à Mgr Barbarin" ; "le pape dit que Mgr Barbarin est un homme courageux...", et aussi : "démissionner serait un contresens..." ; "...démissionner en ce moment serait un contresens" ; "on verra après la conclusion du procès"...

      L’expérience vécue sur la manière dont les media rapportent ou traitent des faits m’incite à ne pas endosser la responsabilité, à ce stade, de considérer cette affaire définitivement close. Il serait donc prématuré de claironner "Pape François : fermez le ban !". D’ailleurs, le message référencé poursuit :"l’hallali tant souhaité par le journal de Pierre Bergé n’aura pas lieu", ajoutant : "Du moins tant que l’enquête judiciaire n’aura pas abouti à des incriminations...". Et enfin : "C’est ce qu’on appelle dégonfler une baudruche médiatique...". Faut savoir... D’autant plus que Deveaux, de "La Parole libérée", aurait aussitôt déclaré : "Le pape n’a pas tous les éléments en main"...

      Il m’est un devoir personnel de ne pas devancer les événements et encore moins de débattre sur une déclaration du pape dont j’ignore la teneur exacte. Quand bien même cette déclaration serait diffusée, je préfère entendre François s’exprimer sur le sujet ou lire sa déclaration dans une source de Rome, directe, officielle et avérée.

      Plus honnête de ma part serait de m’en tenir aux lignes de mon billet du 16 mars 12:30 : "...les munitions des francs-tireurs cachés derrière un quelconque gros tonneau ou les meurtrières d’un château "dit" fort ne sont pas, a-t-on appris, épuisées. Mais c’est sans compter que dans le lot se trouverait, peut-être, le pétard mouillé auquel "personne n’avait pensé"".

      Parce que qui donc, ici et maintenant, peut affirmer que dans la "baudruche médiatique" ne stagne pas un résidu d’hélium gazeux...

      MERCI.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article