Imprimer cette page

Hollande à Hirson

par Gérard Leclerc

jeudi 26 avril 2012


Il me faut aujourd’hui m’excuser de la part personnelle que comporte cette chronique, mais il se trouve que le candidat François Hollande a visité mardi une petite ville qui me touche particulièrement, parce qu’elle est celle de ma naissance, de mon enfance, de mes souvenirs familiaux. Qu’elle ait été pour quelques heures sous les feux de l’actualité m’a ému d’autant que Hirson peut-être qualifiée de ville sinistrée. Et c’est d’ailleurs la raison qui a amené le leader socialiste à rencontrer ses habitants pour leur promettre un sort meilleur.

La ville de mon enfance était en relative expansion – c’était la période des Trente glorieuses. La population était en croissance, d’autant que les petites industries locales garantissaient un taux d’emploi appréciable. Mais ce n’était pas une commune riche, les salaires étaient très modestes. Et déjà, on guettait l’avenir avec inquiétude, en considérant la fragilité du tissu industriel et l’exode des jeunes cherchant ailleurs des professions plus rémunératrices. Si l’on observe les courbes statistiques, on constate que le déclin de Hirson a commencé au début de la décennie 80, avec une décélération démographique qui n’a cessé de s’accentuer. De près de 12 000 habitants, la population est passée à moins de 9 500. On me dit que des rues entières sont à vendre, avec leurs maisons désertées. Les entreprises ont fermé les unes après les autres, et la ville a perdu son atout majeur avec la disparition du nœud ferroviaire qui avait été à l’origine de son essor au début du XXe siècle.

On ne s’étonne pas dans ces conditions de l’importance du vote protestataire, qui s’est encore amplifié dimanche dernier, plaçant Marine Le Pen en seconde position pour tout le département de l’Aisne. François Hollande voulait donc réconforter cette population, en choisissant une ville particulièrement représentative de la désindustrialisation et du chômage. A-t-il pour autant les solutions appropriées pour rendre à toute la région, et plus généralement au nord-est de la France, l’élan économique qu’il faudrait ? C’est toute la difficulté actuelle, celle qui consiste à transformer la déshérence et la protestation en sursaut salvateur. Hollande s’en expliquera avec Sarkozy. Ce n’est pas gagné d’avance !

Chronique lue sur Radio Notre-Dame le 26 avril 2012.

4 Messages de forum

  • 26 avril 2012 18:00, par BARNERIAS Jean-François

    Ingénieur retraité actif, grâce à mon passé professionnel en France et à l’Etranger (URSS 1963-1965, RDA 1982, Algérie, Moyen Orient, Espagne.....) et à un important réseau relationnel j’aide des jeunes en recherche de stage, d’emploi, des jeunes entreprises à se développer...
    J’ai toujours considéré que notre France avait été victime d’une stratégie marxiste, qui a consisté à culpabiliser toute valeur civique, morale, spirituel, jusqu’à culpabiliser la vie en début et aujourd’hui la vie en fin de vie, ce qu’avait dit Raymond Aron ( La France aux ordres d’un cadavre). Heureusement que notre Président Sarkozy, a fait un bon travail surtout en une période international dangereuse.Vous connaissez comme moi, l’influence des syndicats notamment, la CGT mais aussi la CFDT...
    L’Education demeure un sujet très important.
    Je citerai la réaction d’une de mes nièces qui était en IUFM, lorsque devant ses parents, je citai le livre de Thierry Desjardins "Le scandale de l’Education Nationale, pourquoi et comment on en fait une usine à chômeurs" Leur fille a bondi et son papa, lui a dit "Tu es devenu marxiste !"
    Heureusement qu’Anne Coffinier a créé l’I.L.F.M. En ce qui concerne, l’éducation de nos enfants, le ticket scolaire serait la meilleure solution que notre ami le Père Yannik Bonnet avait mentionné dans son livre Le défi éducatif, Famille, Ecole, Entreprise même combat
    Notre Président a promulgué rapidement l’autonomie des Universités pour se rapprocher des entreprises : Formation par alternance créé par Yannik Bonnet en 1968 lorsqu’il a pris la Direction de l’ESCIL à Lyon.

    Répondre à ce message

  • 26 avril 2012 18:10, par catho pratiquante

    Je ne comprends pas que France Catholique prone les mérites d’un candicat qui promet la reconnaissance de l’euthanasie (même des souffrants de souffrances morales et même des jeunes...), du mariage des homosexuels, du vote des étrangers (avec le danger islamiste intégriste) et qui est allié aux communistes (les pires criminels contre l’humanité et qui continuent à faire des ravages partout dans le monde et, par définition, considèrent le matérialisme comme la seule chose qui existe... Quelles que soient les souffrances et la pauvreté on doit y remédier avec amour, pas en détruisant les libertés de penser et de religion.

    Répondre à ce message

  • 26 avril 2012 21:59, par Jérôme

    Bonjour,

    Avant Hollande on avait déjà la civilisation qui s’avorte, avec lui elle s’euthanasiera...
    Avant Hollande les citoyens avaient déjà le sentiment que les chefs qu’ils élisaient n’avaient plus beaucoup de pouvoir, avec Hollande et son so généreux droit de vote aux étrangers, les français auront aussi la conviction qu’ils n’ont plus de vrai pouvoir démocratique...
    Avant Hollande, on avait déjà le mariage et la famille qui se décomposaient, avec lui ces deux fondamentaux vont connaître une monstrueuse mutation grâce au "mariage homosexuel" (oxymoron) et l’adoption d’enfants par ce simulacre de couple...

    A vrai dire, avec Hollande, la destruction et la corruption de nos fondements anthropologiques et civilisationnels va atteindre des proportions aussi désastreuses que les barbaries brutales du 20ème siècle !

    Prions, et oeuvrons !
    Que la vague marine nettoie ces écuries d’Augias que sont nos chambres d’élites !

    Le seul vrai programme compatible avec la foi catholique, c’est paradoxalement celui du Front National !

    Répondre à ce message

    • Hollande à Hirson 27 avril 2012 09:11, par Martien

      Je n’irai pas jusqu’à dire que le vote FN soit le seul recours des Chrétiens, mais pour le reste, rien à dire, je suis 100% d’accord. Si on se ramasse cette potiche qui arrive de Corrèze, on est mal parti !... Martien.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article