Accueil du site > Actualités > L’article du jour > Christine Boutin, Christian Vanneste...

envoyer l'article par mail envoyer par mail Imprimer cette page

Christine Boutin, Christian Vanneste...

par Frédéric Aimard

lundi 20 février 2012


Lundi dernier, nous apprenions de sa propre bouche, au journal télévisé de TF1, que Christine Boutin renonçait à se présenter à l’élection présidentielle et se ralliait à Nicolas Sarkozy. La présidente du Parti chrétien démocrate a su choisir son moment et sa manière pour annoncer quelque chose qui ne devait pas lui faire très plaisir.

Mais la politique étant l’art du possible, on comprend qu’il lui fallait faire un choix puisque, malgré de vigoureux efforts, les fameuses 500 signatures apparaissaient inatteignables et que, d’autre part, elle avait toujours dit qu’elle ne prendrait jamais le risque de faire perdre son propre camp au cas où celui-ci serait vraiment menacé (ce qui semble être le cas à ce jour). Dès le lendemain il lui fallut avaler une couleuvre. Le candidat Sarkozy réactualisait sa promesse de faciliter le travail du dimanche. Alors qu’une telle «  libéralisation  » aura un effet nul en termes économiques, mais un effet pernicieux sur la société.

Et puis — cela n’avait a priori rien à voir avec Christine Boutin, mais concernait tout de même les catholiques et la droite — on vit les dirigeants de l’UMP réagir comme un seul homme, avec l’aval télévisé de Nicolas Sarkozy, contre le député UMP Christian Vanneste dont Le Monde venait de propulser une interview sur le site Internet de nos amis de la Fondation de service politique. Cette interview fut taxée d’homophobie et de négationnisme. Le plus grand reproche qu’on pouvait lui faire était que Christian Vanneste décrivait un lobby homosexuel imposant son idéologie par différents moyens dialectiques, notamment en se posant en victime jusqu’à concurrencer la mémoire de la Shoah. Y a-t-il eu une persécution de masse des homosexuels en France sous l’Occupation allemande  ? Le député réfutait narquoisement cette affirmation. Les meilleurs historiens de la période lui ont donné raison sur ce point. On peut en revanche lui reprocher un ton mal ajusté… Mais la disproportion de la réaction de ses col­lègues parlementaires donne à réfléchir. On finit par se demander si des arguments historiques falsifiés n’auront pas une influence sur la politique familiale du prochain gouvernement (UMP ou PS).

C’est là que les catholiques engagés doivent faire des choix [1]. Se retirer sur leur Aventin  ? Se laisser tenter par un quelconque extrémisme  ? Ou bien tenter de peser, de l’intérieur, sur ceux qui dirigent le pays  ? Lisons Gérard Leclerc dans notre dossier sur la présidentielle (pages 6 à 9 du n° 3295 de France Catholique, daté du 24 février et ici en extraits) et tâchons de ne pas mettre trop en désaccord nos engagements politiques, légitimement divers, et l’Évangile.

Notes

[1] Ces considérations inhabituelles se veulent une réponse partielle à un certain nombre de courriers enflammés reçus ces derniers jours à la rédaction après des articles politiques (sur Christine Boutin ou sur ces «  Poissons roses  » qui veulent réintroduire un débat éthique au sein du Parti socialiste…).

11 Messages de forum

  • 20 février 2012 16:15, par Serge Plenier © Acip

    On peut ne pas apprécier Christian Vanneste, encore moins son goût de la provocation et son obsession de l’homosexualité. Cela ne justifie pas pour autant les réactions qui ont suivi ses propos, diffusés sur Internet, concernant la déportation homosexuelle en France.
    On a condamné Christian Vanneste pour avoir traité la déportation homosexuelle en France de "légende". Pourtant, le propos du député du Nord, pris intégralement, est parfaitement exact, à l’exception (c’est un comble) du nombre de déportés homosexuels allemands, sans doute surestimé : sur les 62 homosexuels français déportés, seuls 7 l’ont été en territoire français (comme Juifs, résistants ou autres, très rarement comme homosexuels), hors Alsace-Lorraine annexée. En dehors de l’Allemagne, il n’y a pas eu de déportation systématique des homosexuels. Mieux encore, le déporté homosexuel le plus connu, l’Alsacien Pierre Seel, fut libéré du camp de concentration de Schirmeck avant d’être enrôlé de force dans la Wehrmacht. Son sort fut incontestablement tragique, mais c’est travestir la vérité historique que de l’assimiler à celui des Juifs ou des Tziganes.

    Sur le fond, Christian Vanneste a donc raison. Il a d’ailleurs reçu le soutien de Serge Klarsfeld, grand historien de la déportation. Cela rend d’autant plus étranges les réactions qui ont accueilli ses paroles. Ces réactions se résument d’ailleurs le plus souvent à des invectives et des accusations d’homophobie. Quant aux tentatives sérieuses de réfutation, elles aboutissent en général à la confirmation des dires du député. Une avocate qui fait son fonds de commerce des revendications homosexuelles, a même proposé de porter plainte contre ce dernier pour négationnisme. Rarement l’inculture, le mépris de la vérité et l’enrôlement de l’histoire à des fins partisanes auront été assumés avec une telle bonne conscience, et une telle arrogance.

    Mais la réaction la plus méprisable vient sans conteste de l’UMP qui a décidé d’exclure Christian Vanneste. La volonté de ne pas s’aliéner l’électorat gay a conduit à un comportement bassement politicien. Chasser quelqu’un parce qu’il dit la vérité est un acte scandaleux et lâche. On croirait que le parti présidentiel est tétanisé par quelques associations. François Copé ne s’y serait pas pris autrement s’il avait voulu faire croire à la toute puissance d’un lobby homosexuel.

    L’affaire Vanneste ne présage rien de bon pour notre démocratie.

    Répondre à ce message

  • 20 février 2012 16:17, par Bernard Antony © Agrif

    Le soir, quelquefois, dans mon village, l’aboiement d’un brave chien déclenche de proche en proche, de ferme en ferme, jusqu’aux collines, ceux de toutes les meutes.

    Dans la faune médiatico-politique, ce sont les méchants chacals préposés à la vigilance en tous domaines du totalitairement correct qui déclenchent les processus de vitupération-exclusion.

    J’ai, moi aussi, connu cela : les traquenards de la désinformation, le venin, la diffamation, les tribunaux devant lesquels j’obtenais justice grâce au grand avocat Georges-Paul Wagner qui voulait avant hélas de quitter ce monde, en faire un livre.

    Il y a quelque temps, pour des propos d’évidence sur les inégalités des civilisations que j’ai commentés sur ce blog, c’était au tour du ministre Guéant de connaître un début de lynchage médiatique, comme un vulgaire Le Pen ou Gollnisch.

    Cela ne suscitait pas du tout à l’égard du ministre de l’intérieur de la solidarité gouvernementale mais au contraire de fielleuses prises de distance, par ses chers collègues, les Juppé et les Fillon, qui, eux, ne pensent pas et donc ne diraient pas pareilles choses si offensantes pour « l’antiracistement » correct.

    Christian Vanneste, quant à lui, a prononcé des mots révélateurs de ce que, probablement au fond de lui-même, il transgressait un très important tabou du nouvel ordre moral. Car avec sa nouvelle inquisition politico-psychanalytique, Big Brother, aussi glauque qu’une méduse avec ses longues et invisibles tentacules venimeuses, surveille tout ce que vous dites mais il vous traque aussi pour ce que vous ne dites pas, et qui est le plus grave. Grâce à ce dément de docteur Freud, les tchékas de la pensée savent en effet, comme l’a magistralement dépeint Georges Orwell, qu’il faut surveiller autant le « non-dit » que le « dit », autant l’inconscient et le subconscient que le conscient.

    Aussi, même si Vanneste n’a rien dit que de banal et de vrai comme l’a observé l’avocat Serge Klarsfeld tout de même pas suspect de négationnisme et de haine homophobe, ce qu’il a dit, c’était déjà trop : il y a des mots qu’il ne faut pas prononcer, révélateurs de secrètes pensées sacrilèges, blasphématoires offensant le plus grand tabou peut-être aujourd’hui de la nouvelle religion invisible et indicible. Et qui est partout défendu par un formidable réseau de connivence très susceptible et très chatouilleuse.

    Objectivement, s’il avait formulé que les homosexuels déportés par les nazis ne l’avaient été que pour leur orientation sexuelle, comme on dit aujourd’hui, Vanneste aurait commis la bévue impardonnable de suggérer qu’il n’y aurait pas eu d’homosexuels dans la résistance !

    Or, il y en avait aussi beaucoup dans la collaboration et non des moindres, tel l’écrivain très cultivé et défenseur des « humanités » qu’à Vichy on appelait « Gestapette ».

    Peu importe, Vanneste, comme dans la chanson du merveilleux Guy Béart, a dit une vérité mais une vérité lourde de non-dit et il doit être exécuté.

    Alors la meute de l’inquisition glauque hurle contre lui. Et ce n’est pas à l’UMP que l’on essaye de le défendre, de laver ce lynchage en famille…

    Non, on le condamne ! Dehors Vanneste ! Mais le plus affligeant selon moi, qui gardais jusqu’à ce jour un peu de sentimentale amitié pour le Front National malgré son radical gauchissement archéo-jacobin et néo-marxiste, c’est que contre Vanneste ce parti a aussi donné de la voix. Et pas n’importe qui, non : trois de ses principaux dirigeants actuels, trois « humanistes » comme ils disent dans leurs cercles, juristes et avocats : Sulzer, Aliot, Collard. Ça prête à réflexion, ne trouvez-vous pas ?

    Répondre à ce message

    • Réflexions sur l’affaire Vanneste 20 février 2012 18:11, par Hubert

      Toute la question pour Marine est de savoir s’il vaut la peine de quelques concessions pour arriver au second tour ou si elle doit se cantonner dans un rôle tribunicien comme le disent les gens distingués dont je ne suis pas !
      La question est là.
      Sur cette affaire Vanneste, le FN se taisait : "Cum tacebant probent" ; Puisqu’ils se taisent, c’est qu’ils approuvent. Voilà ce qu’il fallait éviter.
      Maintenant il volait à son secours ; rude épreuve qui aurait consisté à écrire un "Martine à la guerre" de bonne foi savament illustré pour désengorger les esprits embrumés du siècle. Convenez que c’était difficile.
      Faire donner la garde molle pour estomper l’assaut : c’est ce qui a été fait ; et ça n’a pas trop mal réussi, évitant du même coup d’accrocher une ultime casserole aussi stupide que tintinabulante à la traîne de Marine.
      Autrement dit, un choix pour continuer la route dont il faut convenir qu’elle est assez bien traçée jusqu’à ce jour. On peut le déplorer ; et je suis loin de m’en réjouir ; mais je comprends ; et il m’en faudrait beaucoup plus pour jeter l’anathème sur le FN.
      Bien amicalement

      Répondre à ce message

  • 20 février 2012 17:16, par Bruno ANEL

    La tradition démocrate-chrétienne se situe en France plus prés du centre que de la droite.Les enquêtes menées par La Croix montrent qu’ils sont trés réticents devant certains aspects de la politique de Nicolas Sarkozy : promesses non tenues sur les sans-abris, Roms pris comme boucs émissaires, liens trop ostensibles du président avec les milieux d’affaires.

    Répondre à ce message

  • 20 février 2012 18:05, par Melmiesse

    Dans ma petite ville de province, sous juridiction allemande de Bruxelles, le cinéma principal appartenait et était exploité par un homosexuel notoire pendant les années de guerre. on y projetait les actualités allemandes et des films de propagande ; ce propriétaire n’a jamais été inquiété(il ne pouvait sans doute pas augmenter la race arienne). pour généraliser ce cas particulier, c’est l’affaire des historiens je pense

    Répondre à ce message

  • 20 février 2012 18:43, par Michael Jeaubelaux

    L’affaire Vanneste témoigne de la subordination totale de Jean-François Copé, François Fillon et de Nicolas Sarkozy aux diktats du lobby Gay, de plus en plus présent et influent dans le monde politique et dans les plus hautes sphères du Pouvoir (dixit Mr Vanneste dans son interview).

    A Gauche ce n’est un secret pour personne, mais à Droite, pour certains cela peut être une surprise !

    Cette exclusion expéditive, pour avoir dit la vérité, en dit long sur la réalité du combat des valeurs mis en avant par le candidat Sarkozy (notons que cette affaire et la décision d’exclure le député UMP et de lui enlever son investisture a eu lieu le jour même de la déclaration de candidature de Sarkozy et quelques jours après son interview dans le Figaro Magazine) !

    D’ailleurs je conseille aux internautes d’écouter attentivement tout l’interview, car on peut s’interroger sur les causes réelles des attaques contre Mr. Vanneste qui lui valu l’exclusion sur le champ ?

    http://www.libertepolitique.com/L-i...

    Avoir nier la "légende de déportation" organisée pour cause d’homosexualité, en France" ou d’avoir dit "que la moitié des intellectuels français qui sous Vichy sont allés faire allégeance à Goebbels étaient homosexuels" ou qu’un "Ministe de Pétain était un homosexuel notoire à tel point que les résistants l’avaient surnommés "Gestapette" ! ?

    Quoiqu’il en soit c’est pour avoir dit la vérité qu’il a été exclu !

    A qui le tour ?

    Celui qui affirmera que toute la filiaire viande, les autorités et la grande distribution ou les entreprises de la restauration sont d’accord pour faire manger du halal aux français sans qu’ils le sachent !

    Guéant, prudent a déclaré qu’il n’en était rien...
    Les "professionnels" aussi, Delanoë de même !

    Le problème c’est que 24h00, après les déclarations de Marine Le Pen, le scandale dans toute ses dimensions a éclaté !

    Allez sur RTL vous pourrez entendre un dossier complet et édifiant sur le sujet !

    http://www.rtl.fr/actualites/politi...

    Répondre à ce message

  • 21 février 2012 11:22, par Franp

    Il est difficile de comprendre l’aveuglement politique de France Catholique. Nous avons affaire là à un problème d’une extrème gravité.

    Mme Boutin se trompe en rejoignant un parti qui attente ainsi au droit d’opinion.

    Sauf votre respect, la restauration du droit d’expression est LE combat prioritaire de ce début de siècle. Tous les autres droits légitimes lui sont, pour notre plus grand malheur, subordonnés aujourd’hui.
    Comment restaurer une économie saine ; comment combattre l’avortement et l’euthanasie ; comment intégrer les populations immigrées ; comment transmettre une quelconque valeur à nos propres enfants sans liberté d’expression ?

    Comment Mme Boutin entend-elle être le levain dans la pâte d’un parti dans lequelle elle n’aura qu’un droit, celui de se taire ? Faut-il, en plus d’être muette, qu’elle soit aveugle ?

    Répondre à ce message

  • 23 février 2012 13:31, par admin

    Madame, Monsieur, Cher(e) Ami(e),

    J’ai bien reçu votre mail de soutien et vous en remercie chaleureusement.

    Il est fort probable que le lynchage médiatique que j’ai subi n’ait pas été fortuit, mais parfaitement orchestré le jour même de l’annonce de la candidature de Nicolas SARKOZY, afin de conduire à mon éviction de la vie politique.

    La vidéo réalisée par le site libertepolitique.com a été enregistrée le 1er février. Elle a été ensuite mise en ligne et est restée plusieurs jours sans entraîner de réactions. C’est comme par hasard la veille au soir de l’annonce de la candidature du Président, qu’elle a été portée à la connaissance du grand public.

    De nombreuses condamnations sont tombées, et je les ai apprises par les appels téléphoniques de journalistes, sans qu’à aucun moment, un responsable de l’UMP ne prenne contact avec moi et ne m’informe du problème.

    Pendant une journée, on a cherché à faire croire que j’avais nié la déportation, alors que j’avais seulement limité celle-ci à son cadre réel, déjà évidemment inexcusable. Je l’ai d’ailleurs tout de suite précisé dans un communiqué.

    Depuis des années, je suis en butte à un harcèlement systématique de la part du lobby gay. J’ai gagné sur le plan judiciaire avec une cassation sans renvoi mais au sein même de mon mouvement, Gaylib, une organisation favorable au prosélytisme homosexuel, ne cesse de souhaiter mon exclusion, et a été jusqu’à dénoncer mon investiture, sans que ces comportements communautaristes et intolérants, profondément contraires aux valeurs qui devraient animer un mouvement issu du gaullisme, du libéralisme et de la démocratie chrétienne, soient si peu que ce soit, sanctionnés par ses dirigeants.
    Aujourd’hui, le bureau politique de l’UMP a annoncé que je quittais l’UMP et la vie politique, alors que je n’ai eu aucun contact avec le secrétaire général de l’UMP ou tout autre responsable national. Je vais rencontrer les militants et les élus de ma circonscription afin de faire le point avec eux. Je regrette que les dirigeants de l’UMP aient manifestement oublié cette dimension locale et démocratique de la vie d’un mouvement.

    Il reste évident que le fonctionnement de l’UMP tel qu’il s’est révélé depuis une semaine avec des jugements et des décisions précipitées me font aujourd’hui très sérieusement envisager de quitter un parti qui n’a strictement plus rien à voir avec ceux au sein desquels je me suis engagé en entrant au RPR en 1977.

    Vous remerciant à nouveau pour votre soutien, 

    Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, Cher(e) Ami(e), à l’expression de mes salutations les plus cordiales.

    Christian VANNESTE, Député du Nord

    79, rue du Brun Pain - 59200 TOURCOING

    tel : 03.20.46.42.63. fax : 03.20.94.61.09

    www.christianvanneste.fr

    Répondre à ce message

  • 24 février 2012 17:03, par pierre Pioche

    Merci tout d’abord à Fréderic Aymard de son éditorial sur les débats bien désagréables qui agitent notre pays. Il semble bien en effet que le Président et son parti soient maintenant convertis à la technique de la chasse aux sorcières, associant mensonge, condamnation et exclusion de fait. La loi des suspects reste un must. A quand la suite ? D’un côté l’UMP m’écrit que Christian Vanneste n’est pas exclu mais qu’il est parti, d’un autre côté, Christian Vanneste écrit le contraire. Le poker menteur n’étant pas mon jeu préféré, je reste sur ma fin. J’exprime tout de même deux surprises majeures :

    la première est que personne dans la presse n’ait jugé utile d’éclairer le débat en rappelant les chiffres très faciles à trouver des déportés français et de leurs caractéristiques.

    La seconde est l’appréciation selon laquelle "on peut reprocher à Christian Vanneste un ton mal ajusté". Quel ton faut il prendre pour dire une vérité interdite quand on est cerné de toutes parts par des chiens de garde à l’affut ? La critique me fait penser à ceux qui disent que la victime du viol est la première coupable parce qu’elle était aguichante et donc provocatrice.

    L’UMP a décidé de se lancer dans la chasse aux sorcières, et se met ainsi au même niveau que Mélenchon déclarant par exemple avec rage qu’il n’y a plus une voix en France contre l’avortement. C’est le niveau des puritains qui veulent imposer leurs fantasmes par la force de la loi. Quel ton faut il prendre face à ces gens, quels ajustements faut il apporter ?
    J’espère avoir une réponse convaincante et apaisante dans un prochain article.

    Répondre à ce message

    • Si ! Quelqu’un "dans la presse a jugé utile d’éclairer le débat en rappelant les chiffres très faciles à trouver des déportés français et de leurs caractéristiques."

      Eric Zemmour a immédiatement défendu la vérité sur RTL :

      http://www.rtl.fr/video/emission/z-...

      "C’est l’alliance des ignorants et des lâches..." a-t-il qualifié le lynchage médiatico-politique qu’a subi Christian Vanneste.

      A écouter absolument !

      (Il faut dire qu’il a payé pour être expert en matière de lynchage mediatico-politique pour avoir dit la vérité ! Rappelons nous ce qu’il a dû subir pour avoir dit la vérité - "la plupart des trafiquants sont noirs ou arabes..." - qui lui a valu d’être trainé devant les tribunaux par SOS Racisme, la Licra et le Mrap mais relaxé par le Tribunal !)

      Ce à quoi François Fillon à répondu à la question de Jean-Michel Apathie :

      - J.M.A. :"Le député UMP Christian Vanneste va être exclu de l’UMP pour des propos réputés homophobes sur la déportation des homosexuels durant la guerre. Il faut l’exclure, François Fillon ?"

      - F.Fillon : "Oui. Il faut l’exclure, à la fois pour les propos qu’il a tenus, mais surtout pour... Il faut vraiment arrêter toutes ces polémiques qui blessent des catégories entières de la population française, qui divisent. Voilà, ce n’est pas la première fois que les choses se produisent. Il faut qu’on en tire toutes les conséquences."

      - J.M.A : "Cette exclusion, disait Eric Zemmour, ici même hier, c’est l’alliance des ignorants et des lâches".

      - F.Fillon : " Oui, enfin, Eric Zemmour s’est fait un commerce dans cette espèce de provocation. Ce qui est sûr c’est qu’il y a des communautés, il y a des gens, il y a des hommes et des femmes qui sont blessés par ces propos ; et le rôle d’une formation politique comme la nôtre, c’est de rassembler, ce n’est pas de diviser."

      http://www.rtl.fr/emission/l-invite...

      Eric Zemmour a répondu à François Fillon dans "ça dispute" :

      "Je préfère faire commerce de mes provocations que faire carrière de mes soumissions » (i>télé)"

      Répondre à ce message

  • 27 février 2012 16:35, par admin

    FÉDÉRATION NATIONALE DES DÉPORTÉS

    ET INTERNÉS DE LA RÉSISTANCE

    F.N.D.I.R.

    Association reconnue d’Utilité Publique par décret du 1er avril 1950

    47, avenue Georges Mandel 75116 PARIS

    Paris, le vendredi 24 février 2012

    À la question d’un journaliste, Monsieur Vanneste, député du Nord, a en effet déclaré qu’à l’exception de l’Alsace – Lorraine, alors annexées par le IIIème Reich et donc soumises au droit allemand, aucune déportation, pour homosexualité, n’a été opérée à partir du territoire français.

    Cette affirmation est rigoureusement exacte. La FNDIR, qui regroupe les survivants de la déportation résistante s’élève contre une polémique qui n’a d’autre raison d’être que de magnifier la cause de l’homosexualité qui devrait rester une affaire strictement individuelle. Elle condamne avec force l’exploitation que certains voudraient en faire au regard d’un événement qui restera une monstruosité de l’Histoire des hommes.

    Roger JOLY

    Président de la FNDIR

    — -

    www.familleliberte.org

    Répondre à ce message

Répondre à cet article