Accueil du site > Actualités > En direct de Rome > AUTISME ET SOLIDARITE

Imprimer cette page

AUTISME ET SOLIDARITE

vendredi 30 mars 2012


Cité du Vatican, 30 mars 2012 (VIS). Le Président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, a rédigé un message pour la V Journée mondiale de l’autisme (2 avril), en appelant à la solidarité envers les autistes et leurs familles. L’autisme, rappelle Mgr.Zygmunt Zimowski, « constitue une grave altération du comportement, de la communication, verbale notamment, et de l’intégration sociale, qui affecte profondément le développement de l’individu... L’Eglise considère comme incontournable d’assister ces personnes, enfants et jeunes en particulier, ainsi que leurs familles. Sinon pour rompre la barrière du silence, tout au moins pour accompagner dans la solidarité et la prière leur parcours de souffrance ». Contre le risque de la frustration ou de la résignation face aux maigres résultats thérapeutiques, il faut aider les familles « qui entourent avec amour leurs enfants autistes, car cela se répercute sur la qualité de leur existence et tend parfois à les refermer dans un isolement douloureux et marginalisant ». L’Eglise doit s’engager à offrir « des accompagnateurs aux personnes plongées dans un silence qui interpelle notre sensibilité à la souffrance des autres ».

Puis Mgr.Zimowski évoque l’action des agents de la santé, des éducateurs et des volontaires, réclamant un renfort de la recherche médicale et des politiques d’amélioration des diagnostics, des thérapies et de la réhabilitation. « Il faut encourager et soutenir les initiatives solidaires du monde de l’éducation, du volontariat et des associations tendant à sauvegarder la dignité des handicapés qui, si grave soit leur handicap, loin d’être annulée demeure sujet d’espérance ». Le message s’achève par la recommandation de confier les autistes et leurs familles à la miséricorde divine. « Même enveloppés dans le mystère du silence », les autistes « ne sont jamais seuls car aimés de Dieu et d’une communauté que la foi oblige à être signe vivace de la présence dans ce monde du Ressuscité ».

Répondre à cet article