Accueil du site > Point spi > 2e vendredi de l’Avent

Imprimer cette page

St Jean de la Croix, prêtre et docteur (1542-1591) ;Ste Odile, vierge, patronne de l’Alsace

2e vendredi de l’Avent

vendredi 14 décembre 2007

2e vendredi de l’Avent

Première Lecture : Isaïe 48.17–19

Psaume : Psaume 1.1–4, 6

Évangile : Matthieu 11.16–19

.

St Jean de la Croix, prêtre et docteur (1542-1591)

Première Lecture : 1·Corinthiens 2.1–10

Psaume : Psaume 37.3–6, 30–31

Évangile : Luc 14.25–33




TEXTE DE L’EVANGILE DU JOUR

16 Comment vais-je dépeindre la présente génération ? Elle fait penser à des gamins assis sur la place ; un groupe interpelle les autres : 17 Nous avons joué de la flûte pour vous et vous n’avez pas dansé ; et quand nous avons fait la lamentation, vous n’avez pas pleuré. 18 Rappelez-vous Jean : il ne mangeait pas, il ne buvait pas, et quand il est venu on a dit : Il a un démon. 19 Et puis vient le Fils de l’Homme qui mange et qui boit, et l’on dit : Il aime le vin et la bonne chère, c’est un ami des collecteurs de l’impôt et des pécheurs ! Mais on verra que la Sagesse a bien fait les choses. »

COMMENTAIRE DES PERES LOUIS ET BERNARD HERAULT

Voir le commentaire de Lc*7.18. Jésus a envoyé les premiers missionnaires : pour Matthieu c’est le moment de montrer comment vient le Royaume dont ils ont proclamé la venue. La visite des disciples de Jean aidera à voir ce qu’il apporte et ce qu’on n’a pas à attendre de lui. Le paragraphe qui suivra, en 11.25, montrera à sa façon que tout l’important du Royaume est dans la personne de Jésus lui-même. Les pauvres entendent une bonne nouvelle… (v. 5). Ce que Jésus proclame à ses contemporains est Évangile (ou Bonne Nouvelle) parce que c’est un message inespéré qui apporte à tout homme espérance et dignité. L’ÉVANGÉLISATION DES PAUVRES COMME PRIORITÉ Les pauvres entendent une bonne nouvelle. Ce texte doit se lire avec Lc 1.52 ; 4.18 ; 6.20 ; 10.23. Ce serait interpréter mal ce texte que de penser que Jésus nous demande seulement d’aller enseigner les personnes moins instruites ou d’un niveau social inférieur. Déjà à l’époque de Jésus, les Pharisiens pensaient qu’ils devaient instruire les gens simples et sans éducation. Jésus par contre envoie ses apôtres, pauvres parmi les pauvres, pour leur dire que Dieu est venu à eux et pour les aider à le découvrir à l’œuvre d’abord parmi eux. C’est chez eux et à partir d’eux que vont se faire les expériences décisives qui renouvelleront le monde et la vie religieuse des riches comme des pauvres. 11.5 Dans ce paragraphe Jésus reprend des paroles d’Isaïe que nous lisons en trois endroits différents : Is 29.18 ; 35.5 ; 61.1. Dans les trois endroits elles aboutissent à une vengeance de Dieu sur les peuples étrangers, mais Jésus semble l’ignorer. Comme en Lc 4.18, Jésus écarte la haine et la soif de vengeance qui accompagnaient alors la confiance en la justice de Dieu. 11.11 Matthieu dit : il ne s’est pas levé plus grand que Jean. Cette expression s’appliquait alors aux débuts d’un homme important, roi ou prophète. 11.12 On pourrait aussi traduire : “Le Royaume de Dieu s’ouvre un chemin par la force” (voir Rm 1.16). Le Royaume de Dieu est la force qui fait avancer l’histoire en profitant des changements lents ou violents de la condition humaine. Les croyants sont appelés à participer activement à cette constante transformation.

Répondre à cet article