Accueil du site > Point spi > 25e dimanche ordinaire

envoyer l'article par mail envoyer par mail Imprimer cette page

25e dimanche ordinaire

dimanche 23 septembre 2007

Première Lecture : Amos 8.4–7

Psaume : Psaume 113.1–2, 4–8

Deuxième Lecture : 1·Timothée 2.1–8

Évangile : Luc 16.1–13



TEXTE DE L’EVANGILE DU JOUR

Le gérant malhonnête

6 1 Jésus dit encore aux disciples : « Quelqu’un de riche avait un intendant, et on vint lui rapporter que l’intendant dissipait ses biens. 2 Il l’appela et lui dit : ‘Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Donne-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux pas continuer de gérer mes biens.’

3 L’intendant se dit en lui-même : ‘Que vais-je faire, si mon maître me retire la gestion ? Bêcher la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’en aurais honte. 4 Eh bien, je sais ce que je vais faire : il y aura des gens pour m’accueillir chez eux quand j’aurai été renvoyé de mon poste.’

5 Il appelle donc un à un ceux qui doivent de l’argent à son maître. Il dit au premier : ‘Combien dois-tu à mon maître ?’ 6 Celui-ci répond : ‘100 barils d’huile.’ L’intendant lui dit : ‘Prends ton reçu, assieds-toi et écris vite : 50.’ 7 Il dit à un autre : ‘Et toi, combien dois-tu ?’ Celui-là répond : ‘100 mesures de blé.’ L’intendant lui dit : ‘Prends ton reçu et écris : 80.’

8 Le maître ne put qu’admirer cet intendant malhonnête, car il avait agi en homme sage. Oui, les fils de ce monde tirent plus de profit de leurs semblables que ne font les enfants de lumière. 9 Et moi je vous dis : Faites-vous des amis avec ce maudit argent, et quand il viendra à vous manquer, eux vous accueilleront dans les demeures éternelles.

10 Celui qui est digne de confiance dans de petites choses le sera pour de plus grandes ; celui qui est malhonnête pour de petites choses, le sera également pour de plus grandes. 11 Donc, si on ne peut compter sur vous pour ce maudit argent, qui vous confiera les vrais biens ? 12 Si on ne peut compter sur vous pour des choses extérieures, qui vous donnera ce qui est vraiment vôtre ?

13Un serviteur ne peut pas rester à servir deux maîtres ; ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il soignera le premier et se moquera de l’autre. Vous ne pouvez pas servir Dieu et le Dieu-Argent. »

LE COMMENTAIRE DES PERES LOUIS ET BERNARD HURAULT

C’est au verset 9 que nous trouvons le sens de la parabole. L’argent, est un moyen d’échange tout autant qu’instrument pour se faire des réserves. Il faut donc risquer et donner l’argent, et le temps et les efforts pour s’acquérir la reconnaissance de nombreux amis — les pauvres — plutôt que de mettre son espérance dans le compte en banque. Les fils de ce monde et les enfants de lumière sont des tournures hébraïques pour désigner des catégories de personnes. D’une part la catégorie de ceux dont toute l’attention est tournée vers les affaires, d’autre part ceux qui voudraient être les serviteurs de Dieu et de la vérité. Au verset 9 nous traduisons par le maudit argent, là où le texte dit : « le mammon injuste » Mammon était le nom du dieu syrien de l’argent et des affaires ; on l’aimait bien mais on en disait beaucoup de mal. Jésus l’appelle injuste parce que le souci de ne pas en manquer nous empêche souvent d’être justes c’est-à-dire tels que Dieu nous veut. L’argent est une chose que l’on acquiert et que l’on perd ; il ne peut pas s’intégrer à notre personne ; il ne fait donc pas partie des biens qui sont vraiment nôtres (12).

(c) La Bible des Peuples

http://www.editionsdujubile.com/index.php?op=3&livre=3527603

Répondre à cet article